La ville souterraine: et si ce mythe devenait réalité?

Des chercheurs suisses de l’EPFL ont mis au point un modèle pour construire sous les villes et profiter des ressources souterraines.

Eglise souterraine

L'église Temppeliaukio d'Helsinki est partiellement enterrée. Des pierres en granit laissent filtrer la lumière du jour de son toit. (Image: Matthew Duncan/Wikimedia Commons)

Les villes souterraines dans le monde

Centre commerciale souterrain

De nombreux centres commerciaux sont construits sous terre, à l'instar du centre commercial de Tenjin qui, long de 600m, accueille 150 magasins. (Image: JKT-c/Wikimedia Commons)

Construire une «ville sous la ville» pour utiliser davantage ses ressources naturelles souterraines. Cela paraît fou mais c’est pourtant l’un des défis de ce début de siècle. A Montréal, au Canada, un réseau souterrain de centres commerciaux reliés par des tunnels et des galeries a progressivement pris forme sous la ville. C’est, à l’heure actuelle, le plus grand complexe souterrain au monde. En Finlande, la capitale Helsinki va encore plus loin car elle utilise également son espace souterrain pour y enfouir ses usines peu attrayantes, mais aussi pour profiter de l’isolation créée par les roches souterraines. Ailleurs dans le monde, des villes comme Tokyo, Paris et Amsterdam se mettent aussi à exploiter leurs sous-sols, en construisant bien plus que des lignes de métro.

La ville durable

Cette tendance à construire vers le bas n’est pas un effet de mode, mais plutôt une solution aux problèmes environnementaux que notre société a créés en utilisant trop les ressources naturelles qui étaient disponibles. En construisant une ville, on cherche maintenant à utiliser le moins de surface possible pour économiser les ressources du sol et réduire au maximum nos déplacements en voiture. La ville dense, mais attractive par sa qualité de vie est donc la ville que l’on veut bâtir aujourd’hui. Au lieu d’étaler la ville sur les campagnes, construire la ville en sous-sol est une solution qui respecte les principes du développement durable. Mais vous allez voir qu’on ne peut pas non plus faire n’importe quoi sous la terre et qu’il faut respecter des règles bien précises. De plus, ces constructions sont parfois difficiles à réaliser.

Le modèle Deep City

A l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), des chercheurs ont développé un modèle appelé «Deep City» qui évalue le potentiel inexploité des sous-sols riches en ressources en tous genres. Il sert donc d’outil aux urbanistes des grandes villes pour planifier un bon développement de l’espace souterrain à disposition. Ce modèle montre que beaucoup de villes suisses pourraient faire des économies en construisant sous la terre.

Pour ce qui est des 4 villes suisses choisies pour tester le modèle, la ville de Genève est celle qui a le plus de potentiel d’économies. Viennent ensuite les villes de Zurich, Lausanne et enfin Berne. Mais pourquoi existe-t-il des différences entre ces villes? Tout simplement parce que le sous-sol est loin d’être le même suivant la ville étudiée. Les chercheurs ont donc examiné chaque ville en détail. L’avantage de ce modèle est qu’il peut maintenant être utilisé pour d’autres villes partout dans le monde!

Les ressources souterraines

Energies souterraines

Les quatre ressources principales du sous-sol urbain. (Image: Aurèle Parriaux)

Les ressources utilisables sous la ville sont nombreuses. L’espace est d’ailleurs une ressource. En sous-sol, cet espace coûte beaucoup plus cher qu’à la surface du sol car il demande beaucoup de travaux pour être utilisable. Des villes comme Helsinki, qui est située sur plusieurs îles et au bord de la mer, n’ont pas le choix et doivent profiter de cette ressource rare en surface.

Une autre ressource importante est l’énergie créée par la chaleur interne de la Terre. Cette énergie est utilisable plus facilement lorsque l’on creuse dans le sol et peut servir à chauffer les bâtiments de la ville.

Les roches et matériaux présents dans le sol représentent eux aussi une ressource qui est utilisée comme matériel de construction. Enfin, construire en sous-sol facilite l’accès à l’eau présente dans les nappes phréatiques.

Si tu veux en apprendre plus sur la géothermie, regarde cette vidéo!

Le futur de la ville est-il sous terre?

Une ville totalement enterrée ne serait pas une solution et serait bien trop coûteuse à l’heure actuelle. De plus, l’Homme a un fort besoin de respirer à l’air libre et de voir la lumière du jour. Pour l’instant, on est donc encore loin du mythe de la ville enterrée dans les profondeurs de la Terre, comme dans certains films de science-fiction. Mais il est tout de même important de profiter bien plus que nous le faisons aujourd’hui des ressources offertes par le sous-sol pour réduire notre impact sur l’environnement.

 

Texte: Rédaction SimplyScience.ch
Sources: Overney Jan. "Trop à l’étroit, la ville regarde vers le bas." Flash n°10 du 23 octobre 2013; Parriaux A., Blunier P., Maire P., Dekkil G., Tacher L., Projet Deep City – Ressources du sous-sol et développement durable des espaces urbains. Rapport de recherche PNR 54, Fonds national suisse FNS, 2010.
La ville souterraine d’Helsinki, Montréal souterrain et développement durable sur Wikipédia.

Évaluation moyenne:
  •  
(0 Évaluations)

Qu'en dis-tu?

Cet article n'a pas encore reçu de commentaires.