Hightech à la ferme

Tracteurs guidés par GPS. Engrais répandu sur la base d’images satellite. Traite des vaches entièrement automatique: les agriculteurs ont de plus en plus souvent recours à la technologie de pointe.

Rouler toujours dans les mêmes traces grâce au GPS permet de réduire la compression des sols par les machines agricoles.

Grâce à la commande GPS, les machines agricoles se déplacent avec précision dans le champ. (Image: Agroscope Reckenholz-Tänikon)

La publicité évoque toujours l’agriculture de manière très nostalgique. Pourtant, la réalité à la ferme est tout autre. L’agriculteur utilise des techniques spécialisées dans de plus en plus de domaines, tant pour l’exploitation des champs que dans son étable. «Vues de l’extérieur, les innovations technologiques paraissent souvent peu spectaculaires», explique Thomas Anken de l’Agroscope Reckenholz-Tänikon. «C’est pourquoi elles n’impressionnent guère les non-initiés.»

Réduire la compression des sols

L'intérieur de la cabine d'un tracteur, avec ces nombreux terminaux de commande, est plus sophistiquée que ce à quoi on s'attend.

La cabine d’un tracteur moderne est équipée de terminaux de commande et de manettes. (Image: Agroscope Reckenholz-Tänikon)

La haute technologie trouve également des applications dans l’agriculture. Plusieurs fois par an, l’agriculteur doit parcourir ses terres au volant de lourdes machines pour semer, répandre des insecticides et de l’engrais puis pour récolter. Conséquence: la couche supérieure du sol est de plus en plus comprimée. Les plantes poussent moins bien et le sol devient imperméable. L’installation d’appareils de navigation modernes sur les machines permet de réduire au minimum la surface comprimée. Ces appareils peuvent localiser avec une précision de deux centimètres la position des machines agricoles grâce au GPS. L’agriculteur peut ainsi rouler à chaque fois sur les mêmes traces. Cette technique baptisée «Controlled traffic farming» est utilisée avec succès depuis des années, surtout en Australie. «Ces appareils restent toutefois encore très chers», explique Anken, qui a étudié les avantages de ces systèmes. «Leur utilisation est rentable uniquement sur de grandes surfaces.»

Une exploitation plus ciblée des champs

Autre technologie innovatrice très intéressante surtout pour les agriculteurs qui exploitent de très grandes superficies: des images prises par des avions ou des satellites permettent de savoir de façon relativement précise à quel endroit le sol d’un champ, quel qu’il soit, a besoin d’azote et en quelle quantité pour garantir un rendement optimal. «Ces informations permettent à l’agriculteur d’exploiter ses champs de manière nettement plus ciblée», explique Anken. «L’utilisation d’engrais est ainsi optimisée.» En France, par exemple, de nombreux agriculteurs se font conseiller par une entreprise spécialisée pour savoir où répandre l’engrais et en quelle quantité.

Traite et alimentation entièrement automatiques

Les agriculteurs ont également recours à la haute technologie dans l’industrie laitière. La traite se fait de plus en plus souvent de manière entièrement automatique. La vache est placée seule dans un box. Le robot de traite lave les tétines, puis installe la trayeuse. Le robot mesure le poids de la vache ainsi que la quantité de lait produite et définit la composition du lait. «Ces données permettent à l’agriculteur de nourrir ses vaches de façon optimale». Ici aussi, cette technique est très utile: les robots alimentaires veillent en effet à ce que chaque vache reçoive la quantité d’aliments adaptée.

Les faons sont souvent victimes des moissonneuses qui ne les voient pas assez tôt dans les hautes herbes.

Les faons cachés dans les hautes herbes sont en grand danger lorsque les moissonneuses arrivent dans le champ. (Image: CanStockPhoto)

Des drones au secours des faons

En Suisse, chaque année, plus de 3000 faons perdent la vie – cachés dans les hautes herbes, ils ne sont pas découverts à temps lors de la moisson. Des chercheurs de la Haute école spécialisée bernoise en sciences agronomiques, forestières et alimentaires de la Haute école ont développé un procédé qui a permis de sauver de nombreux jeunes animaux. Ils ont ainsi équipé un «multicoptère» téléguidé d’une caméra thermique. L’appareil survole les prés à moissonner et réalise un film thermique. Sur ce film, la chaleur corporelle des faons les fait apparaître sous forme de taches claires. Les agriculteurs savent ainsi où ils se trouvent.

 

Texte: SATW / Felix Würsten
Source: Article publié dans Technoscope 3/13: Technique agricole.
Technoscope est le magazine de la technique pour les jeunes de la SATW.

Tu trouveras d'autres articles de ce numéro de Technoscope dans le dossier «Technique agricole» sur SimplyScience.ch.

Évaluation moyenne:
  •  
(0 Évaluations)

Qu'en dis-tu?

Cet article n'a pas encore reçu de commentaires.