A quelle vitesse un ballon de foot déboule-t-il dans les filets?

La vitesse moyenne d'un tir de penalty est de 120 km/h.

Le deuxième but de Federico Macheda

Le deuxième but de Federico Macheda dans le match opposant le MLS All-Stars à Manchester United, juillet 2010. (Image: Ytoyoda/Wikimedia commons)

Les balles de pénalty fusent vers le but comme des boulets de canon, des chercheurs ont relevé une vitesse atteignant 184km/h. A une telle vitesse, le ballon atteint le but en seulement 0,3 secondes. Pour réussir à arrêter le ballon, le gardien doit bloquer un poids allant jusqu'à 170 kilogrammes! Mais la plupart du temps, les tirs de pénalty atterrissent au fond des filets. Il est très difficile de les détourner, c'est le plus souvent une question de chance.

Réagir à la vitesse de l'éclair

Même Iker Casillas, le meilleur gardien du monde en 2008 et 2009 et champion du monde en 2010 avec l'Espagne, n'a pas arrêté tous les tirs au but. Les gardiens de classe internationale tels que lui anticipent la trajectoire du ballon dès la prise d'élan du tireur. Mais leur reste-t-il encore le temps de réagir et de se jeter dans le coin où ils pensent que le ballon va arriver? La plupart du temps non; c'est déjà extrêmement difficile, et pratiquement impossible, à la vitesse moyenne de 120 km/h.

Dangereux tirs en banane

tir en banane

Illustration du tir en banane lors d'un coup franc d'un joueur brésilien contre la France: position des joueurs et trajectoires. Les Français sont figurés en bleu, les Brésiliens en jaune. (Image: Ergosumpezz/Wikimedia commons)

La tâche devient particulièrement difficile pour le gardien quand le ballon tourne sur lui-même. Cela arrive pour les tirs au but, mais surtout pour les tirs de loin ou les coups-francs. L'effet se produit quand le coup de pied donne un mouvement de rotation au ballon, qui tourne autour de son axe.

S'il tourne autour de son axe horizontal vers l'avant, le ballon prend de la vitesse et devient ainsi très dangereux pour le gardien de but. Si le ballon tourne autour de son axe vertical, on a un «tir en banane». Une telle balle est également dangereuse pour le goal car, à cause de la rotation, la trajectoire n'est plus droite mais courbe. Pour un corner ou un coup-franc, on peut grâce à un tir en banane éviter l'adversaire de façon élégante et avec un peu de chance tirer directement dans les buts.

La balle flottante redoutée

Les balles qui «flottent» ne sont pas non plus très appréciées des gardiens. Le «Jabulani», ballon officiel de la Coupe du Monde (CM) 2010, a été accusé de flotter fortement et d'avoir rendu la vie dure aux gardiens de but. Qu'est-ce qu'une balle flottante?

Le ballon flotte à partir d'une vitesse de 80 km/h, c’est-à-dire qu’il devient plus rapide, puis de nouveau plus lent. Pourquoi? De petits tourbillons d'air se forment derrière le ballon et perturbent la résistance de l'air. Cela se produit avec tous les ballons qui ont une surface lisse. Mais les ballons de foot ont des coutures ou des zones de collage et ne devraient en fait pas flotter.

Le «Jabulani», avait une surface plus lisse que les ballons des coupes du monde précédentes. Ainsi, il présentait un risque plus grand de flotter à une vitesse élevée. Des gardiens surtout, mais aussi des joueurs, s’étaient plaints du comportement du «Jabulani» déjà avant le début de la CM 2010. Le «Brazuca», le ballon de la CM 2014, était composé de six panneaux de polyuréthane. Les critiques ont dit qu’il était plus léger et que son comportement était plus imprévisible. Le fabricant et la FIFA, la fédération internationale de football, voient pourtant les choses autrement: ces ballons sont pour des professionnels et sont extensivement testés avant les coupes du monde.

Muscles et capitonnage

Tir au but, balle flottante ou tir en banane, qu'importe, à chaque tir le gardien doit plonger de toutes ses forces sur le ballon. C'est la seule manière efficace de protéger ses buts gigantesques. Pour ne pas se blesser, il a besoin d'un dur entrainement et d'une stature musclée permettant d’amortir les chutes. Des gants et des petits rembourrages dans le maillot le protègent dans sa tâche et l'aident à défendre le but comme il faut.

Le «Beau jeu» de l'Euro 2016 est un cube!

Dans cet article mathématique poussé mais passionant, tu verras comment était fabriqué le «Brazuca». Le «Beau jeu», lui ressemble du point de vue de la structure.

Texte: Rédaction SimplyScience
Sources complémentaires: Étienne Ghys, «Le Brazuca, le ballon cubique de la Coupe du monde»
et aussi : Guillaume Dupeux et al. Le football et ses trajectoires CNRS, Paris

Évaluation moyenne:
  •  
(0 Évaluations)

Qu'en dis-tu?

Cet article n'a pas encore reçu de commentaires.