Maxence Roduit, apprenti automaticien

Maxence Roduit, que le social intéressait autant que la technique, s'est finalement décidé à apprendre le métier d'automaticien après avoir suivi plusieurs stages. Il apprécie surtout de dépanner les installations électriques sur le terrain. Mais c'est un métier polyvalent, la programmation des automates se fait devant un ordinateur.

Maxence Roduit, apprenti automaticien

Image: © Coralie Bignardi, Cimo.

Peux-tu te présenter?
Je m’appelle Maxence Roduit, j’ai 17 ans et j’habite à Fully (VS). Je suis actuellement en deuxième année d’apprentissage d’automaticien.

Qu’est-ce qui t’a motivé à faire un apprentissage?
C’était pour avoir moins de cours, mais je me suis rendu compte qu’il y en a tout de même beaucoup! J’avais aussi envie de faire d’avantage de pratique, d’être plus sur le terrain.

 

Infobox

Formation

Automaticien-ne CFC

L’automaticien-ne installe, met en service, contrôle ou s’occupe de la maintenance des robots industriels ou d’autres installations automatisées. Il/ elle détecte les problèmes et répare les composants électriques, pneumatiques et hydrauliques de ces appareils. Il/ elle s’occupe aussi de programmer les automates.

Perspectives professionnelles
  • Industrie des machines, industries chimique, pétrochimique et alimentaire.
  • Emballage, traitement de l'eau, centrales électriques, distribution d'énergie, transports et service public.
Conditions d'admission
  • Diplôme de fin d’études secondaires
  • De bonnes notes en mathématiques et en physique
  • Examen d’admission dans certaines écoles ou entreprises
Apprentissage
  • 4 ans en entreprise, 3-4 ans en école
  • Formation pratique en entreprise
  • Formation théorique (mathématiques, informatique, physique et anglais technique), cours techniques (ex: matériaux, électrotechnique, dessin technique, pneumatique, automatisation), culture générale et sport à l’école professionnelle
  • Projets interdisciplinaires
Perfectionnement
  • Possibilité d’obtenir une maturité professionnelle pendant ou après l’apprentissage selon les cantons
  • Brevet fédéral d'agent-e de processus ou d'agente-e en automatique (en cours d’emploi)
  • Diplôme fédéral de maître-sse dans l'industrie (en cours d’emploi)
  • Diplôme de technicien-ne ES en processus d'entreprise, systèmes industriels, génie électrique, génie mécanique, microtechnique ou informatique (à plein temps ou en cours d’emploi)
  • Etudes (3 ans à plein temps) en génie mécanique, génie électrique, informatique, microtechnique, systèmes industriels ou ingénierie de gestion dans une haute école spécialisée (HES)
Trouver une place d'apprentissage
Informations complémentaires

Et pourquoi avoir choisi ce métier?
Au départ, j’avais deux choix, soit dans le domaine social, soit dans celui de la technique. J’ai fait un stage dans une garderie et ça m’a bien plu. J’ai aussi discuté avec mon cousin qui apprend aussi le métier d’automaticien. J’ai fait cinq stages de sélection d’un à trois jours dans ce domaine, chez HYDRO Exploitation SA ou chez Cimo (ndlr: Compagnie industrielle de Monthey SA) notamment. Petit à petit, cela m’a décidé à suivre la formation d’automaticien. Même s’ils sont courts et que c’est plutôt l’employeur qui nous teste, ces stages m’ont aussi permis de poser des questions sur le métier.

Qu’est-ce qui te plaît le plus dans ton apprentissage?
J’aime bien être sur le terrain, faire des dépannages et créer des projets avec mon maître d’apprentissage.

Quel est le rôle du maître d’apprentissage?
Au début, il nous montre comment faire les choses et on le suit. Petit à petit il nous confie des choses à faire et on devient de plus en plus autonome. Il contrôle ce que l’on fait. En quatrième année, on devrait pouvoir se débrouiller seul pour la plupart des choses. Pour moi, le contact personnel avec le maître d’apprentissage est aussi important que le travail. Lors du stage de sélection, j’avais eu un bon feeling avec lui, c’est ce qui m’a décidé à faire mon apprentissage ici.

Peux-tu décrire plus en détails en quoi consiste ton travail?
On s’occupe de vérifier les installations électriques chaque fois qu’il y a une panne ou bien d’installer de nouveaux appareils. Lors d’une révision d’un bâtiment, on doit contrôler tous les capteurs et les réajuster si nécessaire. On s’assure ainsi que l’installation fonctionnera correctement lors du redémarrage, c'est en quelque sorte une anticipation des pannes que nous pourrions avoir dans le futur. On s’occupe surtout de maintenance ou de mise en service des appareils, mais parfois on installe aussi de nouvelles boucles, c'est-à-dire un nouveau capteur et tous les câbles qui vont avec. C’est ça qui est bien, on est assez polyvalent.

Quels cours est-ce que tu suis pendant ta formation?
J’ai des cours techniques tels que matériaux, électrotechnique, dessin technique, pneumatique et des cours plus généraux comme mathématiques, physique, langues et société. Certains cours sont assez difficiles à suivre, il faut s’accrocher.

Tu te verrais bien travailler comme dépanneur si j’ai bien compris?
Oui, moi j’aimerais bien travailler sur le terrain. Il y a des automaticiens qui s’occupent de la programmation des automates, mais eux travaillent dans un bureau devant un ordinateur.

Est-ce que tu recommanderais cet apprentissage?
Oui, mais ça dépend de la personne que j’ai en face de moi. Je le recommanderais à quelqu’un de manuel qui aime l’électricité et la technique. Il faut aussi avoir un bon esprit logique.

Est-ce que la maturité professionnelle t’intéresserait?
Non, pour l’instant ça ne me dit pas. J’aurais pu la faire en même temps que le CFC, mais je trouve qu’il y a déjà pas mal à apprendre avec les cours techniques et de culture générale à Sion. Je préfèrerais je crois me former d’avantage en travaillant dans différentes entreprises.

Où aimerais-tu travailler après avoir obtenu ton CFC?
J’aimerais bien travailler dans une entreprise multinationale qui met en service des installations à l’étranger. Mais d’abord, ce serait bien d’apprendre un peu mieux l’anglais.

 

Texte: Rédaction SimplyScience.ch
Source principale (encadré formation): Portail suisse de l’orientation professionnelle.

Évaluation moyenne:
  •  
(0 Évaluations)

Qu'en dis-tu?

Cet article n'a pas encore reçu de commentaires.