Cindy Egger, apprentie laborantine en chimie

Le métier de laborantine a toujours intéressé Cindy Egger. Elle fait son apprentissage dans une entreprise qui analyse des échantillons de sol et d'eau. Curieuse et précise, elle possède deux qualités nécessaires au travail dans un laboratoire de chimie.

Cindy Egger, apprentie laborantine en chimie

Image: © Coralie Bignardi, Cimo.

Peux-tu te présenter?
Je m’appelle Cindy Egger, j’ai 19 ans et j’habite à Lausanne. Je suis en deuxième année d’apprentissage de laborantine en chimie au Centre de formation Cimo (ndlr: Compagnie industrielle de Monthey SA) et dans l’entreprise Scitec Research SA à Lausanne.

 

 

 

Infobox

Formation

Laborantin-e en chimie CFC

Le/ la laborantin-e en chimie synthétise, isole ou purifie des substances diverses. Il/ elle prélève aussi des échantillons (ex: produits chimiques, médicaments, aliments, sol, et eau) et les analyse à l’aide d’appareils de précision pour en vérifier la qualité et la composition. Il/ elle participe à la mise au point et à la production industrielle, à l’aide de robots de synthèse, de nouveaux composés chimiques ou pharmaceutiques.  Au laboratoire, il/ elle planifie les étapes des expériences, monte l’appareillage, prépare les échantillons et conduit les expériences en faisant preuve d’exactitude et de précision dans les mesures, les observations et les protocoles. Il/ elle rédige des rapports d’expérience pour présenter les résultats.

Perspectives professionnelles
  • Entreprises de l’industrie chimique, alimentaire et pharmaceutique
  • Laboratoires de recherche, de développement, de contrôle ou de production
  • Etablissements d’enseignement (lycées, collèges)
Conditions d'admission
  • Diplôme de fin d’études secondaires
  • De bonnes notes en maths et en sciences naturelles sont un atout
  • Examen d’admission dans certaines écoles ou entreprises
Apprentissage
  • 3 ans, obtention du certificat fédéral de capacité (CFC)
  • Formation pratique dans les laboratoires de l’entreprise formatrice
  • Formation théorique (chimie, physique, mathématiques, méthodes de laboratoire, informatique et anglais), culture générale et sport à l’école professionnelle
  • Cours interentreprises (36 à 44 jours répartis sur 3 ans)
Perfectionnement
  • Possibilité d’obtenir une maturité professionnelle pendant ou après l’apprentissage
  • Brevet fédéral d’agent-e de processus (3 semestres en cours d’emploi)
  • Diplôme de technicien-ne ES en processus d’entreprise (en emploi/ à temps partiel)
  • Etudes (3 ans à plein temps) de chimie dans une haute école spécialisée (HES)
Trouver une place d'apprentissage
Informations complémentaires

As-tu commencé ton apprentissage tout de suite, ou bien as-tu fait autre chose avant, un peu de gymnase par exemple?
J’ai fait une année à l’Opti (ndlr: Organisme pour le Perfectionnement scolaire, la Transition et l'Insertion professionnelle) de Morges. C’est une école qui nous aide à nous orienter après l’école obligatoire. Je savais déjà que je voulais faire ce métier mais je ne trouvais pas de place d’apprentissage. Ensuite, j’ai aussi travaillé au McDonald’s à Crissier pour me faire des sous et ne pas rester sans rien faire pendant une année.

Qu’est-ce qui t’a motivée à suivre cette formation?
J’ai toujours été intéressée par ce métier et j’ai voulu obtenir un papier reconnu (CFC). A la télé, en regardant les «Experts», je me disais que ça avait l’air cool de travailler dans un laboratoire. J’ai aussi fait des stages qui m’ont convaincue que c’était un métier pour moi. J’ai fait deux stages pendant les vacances durant ma neuvième année, le premier dans un laboratoire de recherche au CHUV et le second chez aurigen SA à Lausanne dans le domaine de la génétique. J’ai aussi eu des profs de science supers qui répondaient à mes questions quand j’avais envie d’approfondir un sujet vu en classe.

Qu’est-ce qui te plaît le plus dans cet apprentissage?
C’est varié, on voit de tout. On commence par la synthèse du produit, puis on voit comment l’analyser et interpréter les résultats. On comprend mieux ce qui nous entoure et ce qui se passe dans l’infiniment petit. On touche à pleins d’appareils différents et on voit différentes manières pour arriver à un résultat; il n’y a pas de routine. On nous confie des responsabilités et parfois on manipule des produits dangereux.

Quels cours parmi ceux que tu suis ici te seront les plus utiles sur le terrain?
C’est clairement le calcul, la chimie organique ou générale, les méthodes de labo et les branches techniques, par exemple sur le fonctionnement des appareils ou des pompes. Ces cours sont importants pour pouvoir communiquer avec d’autres professionnels et aussi pour bien comprendre ce que l’on fait dans le laboratoire.

Que dirais-tu à un jeune pour lui donner envie de faire ce métier?
Il faut être motivé car les cours ne sont pas faciles et on nous demande d’assimiler beaucoup de matière rapidement. Il faut être curieux, se poser des questions pour comprendre ce que l’on fait.

Qu’aimerais-tu faire après ton apprentissage?
J’aimerais bien rester dans l’entreprise où je suis apprentie car l’ambiance de travail y est bonne. L’ambiance, c’est important, car on travaille souvent ensemble dans un laboratoire. Si on confie des analyses à faire à une autre personne, il faut pouvoir lui faire confiance pour les résultats. Je trouve que le travail est passionnant dans cette entreprise. Par exemple, on analyse des échantillons de sol avant de les mettre en décharge, on surveille la qualité de l’eau potable ou on recherche des contaminants dans l’eau des rivières et des lacs. Sinon, j’aimerais bien partir à l’étranger pour apprendre l’anglais, pourquoi pas en Australie, où il y a du soleil!

 

Texte: Rédaction SimplyScience.ch
Source principale (encadré formation): Portail suisse de l’orientation professionnelle.

Évaluation moyenne:
  •  
(0 Évaluations)

Qu'en dis-tu?

Cet article n'a pas encore reçu de commentaires.