Une classe sur les traces de la science

La classe 4AB du Gymnasium Kirschgarten à Bâle a remporté le deuxième prix au concours Science on the Move 2017: un voyage scientifique de trois jours à travers la Suisse. Voici le récit de leurs aventures sur le Gornergrat, à l'EPFL et à l'aquarium d'eau douce «Aquatis» à Lausanne.

La classe 4AB sur le Gornergrat

En été sur le Gornergrat enneigé (3135 m d'altitude). (Image: Classe 4AB, Gymnase de Kirschgarten, Bâle)

Au Gornergrat: la tête dans les étoiles et les pieds (presque) dans l’eau

Nous sommes partis de Bâle en début d'été, et quatre heures plus tard nous étions sur le Gornergrat encore enneigé (3135 mètres d'altitude). Bien que la couverture nuageuse ait obscurci la vue des nombreux quatre milles aux alentours, nous nous sommes néanmoins laissés séduire par le monde de la haute montagne et notre professeur de géographie, M. Flach, nous a expliqué les particularités de l’impressionnant Glacier du Gorner.

Observatoire astronomique sur le Gornergrat

Observatoire astronomique sur le Gornergrat.

L'observatoire du Projet Stellarium se trouve sur le toit du plus haut hôtel des Alpes suisses. Dans le dôme, nous avons découvert un télescope avec un miroir de 60 cm pour «Deep Sky Objects», une caméra planétaire et la caméra «All Sky». Cet observatoire est exploité par les universités de Berne et de Genève, conjointement avec la Station de recherche de haute altitude Jungfraujoch & Gornergrat (HFSJG). Elles collaborent également avec les écoles intéressées en mettant à disposition un portail éducatif et en fournissant des observations personnalisables à l’aide d’équipements modernes.

Le train à crémaillère du Gornergrat nous a ensuite emmenés à la Riffelalp (2211 m d'altitude). De là, nous sommes descendus vers Zermatt et avons longé les falaises rocheuses et accidentées surplombant les gorges de la Gorner d’une beauté unique. Par le chemin pourvu d’escaliers et de passerelles de bois nous avons atteint le fond des gorges de la Gorner, creusées par la Gornervispe depuis la dernière période glaciaire dans la serpentine verdâtre. Nous avons pu admirer les masses d'eau grondantes et les formations rocheuses polies.

Gorges de la Gorner

Randonnée vers Zermatt par les gorges de la Gorner.

Lorsque nous avons quitté l'auberge de jeunesse de Zermatt le lendemain matin, le sommet du Cervin se montrait dans un ciel tout bleu. Notre voyage a ensuite continué le long de la vallée du Rhône vers Lausanne.

A l’EPFL: rencontre avec les chercheurs et visite du campus

A l’École polytechnique fédérale de Lausanne, Mme Frühauf, qui a siégé dans le jury de Science on the Move l’année dernière, nous a présenté les programmes et les spécialités de l’EPFL. Ensuite, nous avons eu un aperçu des recherches du Laboratoire de Psychophysique. Trois doctorant-e-s du laboratoire du professeur Michael Herzog nous ont expliqué comment ils essayaient d'approcher notre perception visuelle et son traitement avec des modèles mathématiques. Un élève s'est porté volontaire comme «cobaye» pour un électroencéphalogramme (EEG). Cela devait illustrer à quelle vitesse le cerveau répond à une tâche résolue avec succès. Nous avons eu un aperçu fascinant des "réseaux de neurones profonds", dans le contexte des illusions d'optique et dans la mise en relation des mathématiques, de l'informatique et de la neurobiologie.

Laboratoire de Psychophysique

Cobaye au Laboratoire de Psychophysique.

Un étudiant nous a ensuite emmené sur le moderne campus de l'EPFL. Il nous a montré les spacieux ateliers où les étudiants construisent leurs maquettes d’architecture, et le parc de l'innovation, où les ‘start-up’, en étroite collaboration avec l'EPFL, travaillent sur les idées du futur et mettent en pratique le transfert de technologie.

l'ArtLab de l'EPFL

Visualisation de projets utilisant le BigData dans l’ArtLab.

 

L'ArtLab, qui a ouvert ses portes sur le campus il y a deux ans, combine l'art et la science, sous un toit fascinant sur le plan architectural. Nous avons d'abord visité le pavillon qui présentait l'exposition «KungFu-Motion». Elle explorait des stratégies pour coder et préserver la culture immatérielle Shaolin à l'aide de technologies numériques de pointe, telles que les reconstructions virtuelles et la capture de mouvement.

 

Bibliothèque de l'EPFL

Bibliothèque sur le campus de l'EPFL

Dans le deuxième pavillon, le DataSquare, nous nous sommes immergés dans de grands projets de recherche de l'EPFL, tels que le projet Blue Brain et le projet d'archives numériques Venice Time Machine. Les visualisations de ces projets utilisant le BigData nous ont beaucoup fascinés.

L'impressionnante bibliothèque du campus est également un chef-d’œuvre d'architecture. Le cabinet d'architecture japonais SANAA a créé un bâtiment élégamment incurvé, qui est devenu le cœur vibrant de l'EPFL.

Aquatis: comme un poisson dans l’eau… douce

Le dernier jour de notre voyage, nous avons visité le nouvel aquarium d'eau douce «Aquatis» à Lausanne. Notre visite nous a tout d'abord ramenés en Valais: le monde des glaciers et le Rhône avec sa faune sont présentés tant de manière audiovisuelle que dans les aquariums.

L'aquarium "Aquatis" à Lausanne

Dans l'aquarium d'eau douce "Aquatis" à Lausanne.

La suite de la visite présente différents écosystèmes sur les 5 continents. Au total, près de 2 millions de litres d'eau douce contenant environ 10 000 poissons ainsi que des amphibiens et des reptiles. Entre autres, on peut voir le puissant dragon de Komodo. De nombreuses vidéos et projections expliquent la diversité, l’importance et la fragilité du fascinant monde aquatique.

Avant le retour à la maison, nous avons encore eu le temps d’explorer la vieille ville de Lausanne et de nous exercer au français!

Au moment de planifier les destinations de notre voyage, nous avons également essayé d'organiser une rencontre avec le lauréat du prix Nobel, le professeur Jacques Dubochet (chimie 2017) de l'Université de Lausanne. Malheureusement, il était déjà pris, mais il a nous a donné, par courriel, les conseils suivants pour nos études à venir:

"Don’t find what you’re good at - that’s hard to do. Figure out what you love, and pursue that."

Et en effet, lors de ce voyage nous avons été «on the move» et nous nous sommes laissé fasciner par la nature et la science!

 

Texte et images: classe 4AB du Gymnase de Kirschgarten, traduit par la rédaction

Évaluation moyenne:
  •  
(0 Évaluations)

Qu'en dis-tu?

Cet article n'a pas encore reçu de commentaires.