Robotique et médecine, en faire son métier?

Maxence, 16 ans, va finir l’école et hésite encore entre le gymnase et un apprentissage. Comme il s’intéresse à la fois à la robotique et à la médecine, il aimerait connaître les métiers qui associeraient les deux domaines et comment on les apprend.  

Main bionique

Image: RTimages/CanStockPhoto

Comment les mouches s’accrochent-elles au plafond? Comment les poissons nagent-ils? Comment une main attrape-t-elle un objet sans l’écraser? Qu’est-ce que la marche? L’observation de la vie stimule l’imagination de scientifiques qui transfèrent dans le monde de la technique les trucs et astuces de la nature. Les applications vont du scotch magique au sous-marin, du robot industriel à la prothèse bionique. Ce domaine est celui des sciences et technologies du vivant, en particulier des neurosciences, dont les applications innovantes font aujourd’hui beaucoup parler d’elles. Jambe de bois et main-crochet, c’est de l’histoire ancienne! Car remplacer par un robot un membre perdu lors d’un accident n’est plus de la science-fiction. Deux univers professionnels interviennent à la croisée des sciences et technologies du vivant. Une formation scientifique peut conduire aussi bien du côté de l’ingénierie que du côté de la médecine/biologie – voire directement à la bioingénierie.

Conception, construction, programmation

Les prothèses bioniques sont conçues par des ingénieur-e-s (sciences et technologies du vivant, matériaux, mécanique, chimie, électronique, informatique, ergonomie et design, etc.) en collaboration avec des biologistes et des médecins (neurologues, chirurgien-ne-s orthopédistes, neurochirurgien-ne-s, etc.). Ces métiers s’acquièrent par des études universitaires, spécialisées ou polytechniques, accessibles après le gymnase ou un apprentissage. Avant de pouvoir assurer leurs fonctions, les robots sont construits, connectés, programmés, leurs pièces dessinées et fabriquées. C’est le savoir-faire des micromécanicien-ne-s, des agent-e-s techniques des matières synthétiques, des électronicien-ne-s, des informaticien-ne-s, des dessinateurs/-trices en construction microtechnique, des dessinateurs/-trices-constructeurs/-trices industriel-e-s, etc. Autant de métiers qui s’acquièrent par un apprentissage. Cette voie permet de gagner un savoir-faire et des connaissances ouvrant à la fois sur des perspectives d’emploi et sur des projets d’études ou de perfectionnement.

 

Texte: Corinne Giroud, Office cantonal d’orientation scolaire et professionnelle – Vaud
Source: Article publié dans Technoscope 3/17: Des robots conçus pour l'homme. Technoscope est le magazine de la technique pour les jeunes de la SATW.
Informations complémentaires: Portail suisse de l'orientation professionnelle

Évaluation moyenne:
  •  
(0 Évaluations)

Qu'en dis-tu?

Cet article n'a pas encore reçu de commentaires.