Lire l'ADN, séquençage de l'ADN

Chaque couleur correspond à une base d’ADN. (Image: CanStockPhoto)

Si le généticien veut épeler un gène, il doit d'abord le copier. Au début il progresse de la même manière que lors de la réplication d'ADN, dont le fonctionnement t'as été expliqué au chapitre précédent.

Pour le séquençage de l'ADN on a besoin de:

  • Copies du gène à épeler.
  • Primers, de courts bouts d'ADN simple brin identiques au début du gène d'intérêt. Ils sont marqués à l'aide d'une certaine substance.
  • Un duplicateur d'ADN, l'ADN polymérase.
  • Un grand nombre des quatre composants de l'ADN: A, C, G et T.

Le généticien répartit tout cela dans quatre tube étiquetés A, C, G et T. Il ajoute alors dans chaque tube les éléments constitutifs de l'ADN et les «stoppeurs»: dans le premier tube les composants A-STOP, dans le deuxième les C-STOP, dans le troisième les G-STOP et dans le quatrième les T-STOP.

Lorsque l'ADN polymérase ajoute un composant STOP, la réplication est aussitôt bloquée.

Des bouts d'ADN de longueurs différentes sont produits

Comme lors d'un processus de réplication normal (réplication en chaîne de la polymérase), les quatre tubes sont déposés dans un appareil dont il est possible de régler la température automatiquement.

  • A 94°C, les deux brins d'ADN se séparent.
  • A 60°C, les primers correspondants se fixent à l'ADN.
  • A 72°C, l'ADN polymérase ajoute les éléments constitutifs de l'ADN les uns après les autres.

A la différence d'un processus de réplication normal, il arrive que de temps à autre un composant STOP soit introduit dans la copie d'ADN. Chaque fois que cela se produit, la réplication s'interrompt. De cette façon se trouvent dans le tube A des bouts d'ADN de longueurs différentes mais qui se terminent tous par un composant A-STOP. Le même principe est valable pour les trois autres tubes.

Trier les bouts d'ADN d'après leur longueur

Les bouts d'ADN sont triés d'après leur longueur par électrophorèse sur gel (chapitre: couper l'ADN en morceaux). Le contenu du tube A est chargé sur la première bande du gel, celui du tube C sur la deuxième bande, celui du tube G sur la troisième bande et celui du tube T sur la dernière bande.

Une fois l'électrophorèse terminée, le généticien peut produire une sorte de film radiographique grâce aux primers marqués. Au niveau de la bande du tube A, se trouvent des bouts d'ADN de longueurs différentes qui se terminent tous par A. Le même principe est valable pour les 3 autres bandes.

Le généticien peut alors lire le gel. Pour cela, il doit commencer par le bas. Si le plus petit bout d'ADN provient de la bande du tube C, il note un C. Si le deuxième plus court bout d'ADN provient de la bande du tube G, il note ensuite un G et ainsi de suite jusqu'à ce que toutes les lettres du gène aient été lues.

Ce sujet en vidéo

Ce contenu provient du site internet gene-abc.ch, une initiative du Fonds national suisse de la recherche scientifique (FNS). Ce site internet a été fermé. La gestion et la mise à jour de ses contenus a été confiée en 2016 à la Fondation SimplyScience, qui les a intégrés à sa plateforme SimplyScience.ch.