L'empreinte génétique

Une empreinte génétique n’est pas la même chose qu’une empreinte digitale classique. (Image: CanStockPhoto)

Un cambriolage a eu lieu, on a volé le trésor! Le cambrioleur portant certainement des gants, on ne trouvera trouvera aucune empreinte digitale. Mais là! Un cheveu! Génial, on va ainsi pouvoir relever «l'empreinte génétique» du malfaiteur.

Au niveau de la racine, se trouvent quelques cellules de la peau du crâne du malfaiteur. Elles contiennent son ADN. Le généticien isole tout d'abord l'ADN de ces cellules puis, grâce à la méthode de la réplication en chaîne de la polymérase, copie certaines parties d'ADN qui sont uniques à chaque individu. Il les trie ensuite par électrophorèse sur gel.

Entre-temps trois suspects ont été arrêtés. On analyse leur «empreinte génétique» que l'on peut alors comparer à celle du malfaiteur afin de déterminer son identité.

Pour de plus amples informations, tu peux lire l'article «Comment analyse-t-on l’ADN des cheveux?»

Ce sujet en vidéo

\r

Ce contenu provient du site internet gene-abc.ch, une initiative du Fonds national suisse de la recherche scientifique (FNS). Ce site internet a été fermé. La gestion et la mise à jour de ses contenus a été confiée en 2016 à la Fondation SimplyScience, qui les a intégrés à sa plateforme SimplyScience.ch.