Couper l'ADN en morceaux

Naturellement, l’ADN n’est pas découpé par des ciseaux, mais par des enzymes. (Image: CanStockPhoto)

Les généticiens s'intéressent souvent à un gène particulier. C'est pourquoi ils n'ont la plupart du temps que besoin d'un petit bout d'ADN. Dans le but d'isoler un bout d'ADN spécifique, ils ajoutent des ciseaux (enzymes de restriction) qui coupent l'ADN en morceaux. Ces ciseaux reconnaissent une suite spécifique de lettres sur l'ADN et coupent à cet endroit.

Ainsi sont formés des bouts d'ADN de longueurs différentes. Il y a beaucoup de différents ciseaux à ADN. Tous reconnaissent des séquences spécifiques sur l'ADN et coupent à cet endroit. Ils sont isolés de micro-organismes et produits commercialement. Leur nom est issu du micro-organisme dont ils sont extraits. Ils s'appellent p.ex. EcoRI parce qu'ils ont été isolés de la bactérie du nom d'Escherichia coliRY 13.

Trier les bouts d'ADN d'après leur longueur (électrophorèse sur gel)

Afin de pouvoir continuer à travailler avec le bout d'ADN sur lequel se trouve le gène qui l'intéresse, le généticien doit l'isoler. Ce bout d'ADN a une longueur déterminée et doit être séparé des autres bouts d'ADN qui ne l'intéressent pas. Cette séparation se base sur la longueur des bouts d'ADN et se fait par électrophorèse sur gel.

Pour cela, il injecte les bouts d'ADN dans un gel qui est une sorte de gelée. Ce gel se trouve dans un récipient rempli de liquide. Le récipient est branché à une source de courant qui circule du pôle négatif au pôle positif. Comme les bouts d'ADN sont chargés négativement, ils se déplacent à travers le gel vers le pôle positif.

Les bouts d'ADN se déplacent à une vitesse différente selon leur longueur: plus ils sont courts, plus ils se déplacent rapidement. Ceci s'explique par le fait que le gel est composé tel un filet de pêche. Les court bouts d'ADN passent plus facilement que les longs à travers les mailles du filet et se déplacent ainsi plus rapidement.

Ensuite, le généticien plonge le gel dans un colorant qui se lie à l'ADN et le rend lumineux sous une lampe UV. Sur le gel, on peut alors voir des bandes lumineuses. Chaque bande se compose de nombreux bouts d'ADN de même longueur. Le généticien peut alors isoler du gel la bande où se trouve le bout d'ADN avec lequel il veut continuer à travailler.

Ce sujet en vidéo

Ce contenu provient du site internet gene-abc.ch, une initiative du Fonds national suisse de la recherche scientifique (FNS). Ce site internet a été fermé. La gestion et la mise à jour de ses contenus a été confiée en 2016 à la Fondation SimplyScience, qui les a intégrés à sa plateforme SimplyScience.ch.