Du riz à la provitamine A

Du riz enrichi en provitamine A (riz doré) comparé à du riz blanc traditionnel. (Image: International Rice Research Institute/Wikimedia commons, licence CC)

Le riz est la plante nourricière la plus importante au monde. C'est la nourriture de base de plus de deux milliards de personnes dans les pays en voie de développement. Tu vas maintenant apprendre pourquoi et comment les généticiens ont cultivé du riz produisant dans ses grains de la provitamine A.

250 000 enfants aveugles chaque année

Seule l'enveloppe du riz contient de la provitamine A que l'organisme transforme en vitamine A. C'est pourquoi les personnes qui se nourrissent presque exclusivement de riz souffrent d'un manque aigu en vitamine A. Cela peut entraîner la cécité. Le manque de vitamine A augmente également les cas de maladies infantiles, comme la rougeole, les diarrhées et les maladies respiratoires. Environ 124 millions d'enfants dans le monde souffrent d'un manque de vitamine A et, rien qu'en Asie du sud-ouest, 250 000 enfants deviennent aveugles chaque année.

A l'aide de plants de riz produisant de la provitamine A dans leurs grains, 1 à 2 millions d'enfants dans le monde pourraient être sauvés de la mort chaque année.

Dans ce cas, pourquoi les gens ne mangent-ils pas tout simplement du riz non décortiqué pour résoudre ce problème? Ce n'est hélas pas aussi simple. L'enveloppe du riz contient une large part d'huiles grasses. Lorsque le riz non décortiqué est entreposé dans des climats tropicaux, il devient vite rance et impropre à la consommation. Voilà pourquoi le riz est décortiqué, ce qui engendre une perte en précieuse vitamine A.

Les grains de riz devraient produire de la provitamine A

Des chercheurs de l'EPF de Zurich et de l'Université de Fribourg en Brisgau ont collaboré pour cultiver ensemble, au moyen du génie génétique, du riz produisant par lui-même de la provitamine A dans ses grains. On ne peut en effet pas atteindre ce but par des méthodes de cultures traditionnelles.

Les chercheurs ont découvert qu'il faut ajouter trois enzymes supplémentaires pour produire de la provitamine A dans les grains de riz. Il s'est alors agit de trouver les trois gènes correspondants et de les transférer sur le riz.

Trois gènes pour le «riz doré»

Deux des trois gènes proviennent de la fleur de narcisse, le troisième d'une bactérie. Les généticiens de l'EPF Zurich ont alors introduit ces gènes dans les cellules du riz. Le fonctionnement de ce procédé est décrit dans le chapitre «Introduire des gènes dans des bactéries». Les cellules de riz transgénique, qui ont absorbé les trois gènes et les ont intégrés de manière stable dans leur ADN, ont été traitées avec des hormones végétales pour qu'elles puissent se développer finalement en plants de riz.

Ces plants de riz produisent de la provitamine A dans leurs grains. Elle donne aux grains une couleur jaune. C'est pourquoi on parle aussi de «riz doré».

La recherche se poursuit

Les chercheurs ont ensuite réussi à augmenter encore la teneur en provitamine A des grains de riz. En collaboration avec des collègues des Philippines, les chercheurs de l'EPF Zurich tentent encore de transférer la capacité de produire de la vitamine A à plusieurs sortes de riz qui se sont adaptées aux conditions climatiques et aux sols des pays en voie de développement. Une grande partie des moyens financiers nécessaires à ces recherches est versée par la Fondation Bill-Gates, une des fondations humanitaires les plus importantes du monde. Parallèlement, des études sont en cours sur la tolérance et l'impact du riz transgénique sur l'homme et l'environnement. Mais les efforts de l'industrie pour poursuivre le développement du «riz doré» et pour le commercialiser ont été stoppés par la forte vague de contestations contre le génie génétique vert.

Ce sujet en vidéo

Ce contenu provient du site internet gene-abc.ch, une initiative du Fonds national suisse de la recherche scientifique (FNS). Ce site internet a été fermé. La gestion et la mise à jour de ses contenus a été confiée en 2016 à la Fondation SimplyScience, qui les a intégrés à sa plateforme SimplyScience.ch.