Où suis-je? Big Data

Il est formidable que des applications de mobilité existent, elles nous permettent d'éviter de se creuser la tête trop longtemps. Beaucoup de données sont nécessaire en arrière plan pour que ces applications fonctionnent.

Image: CanStockPhoto

Imagine que tu doives choisir la liaison de transport public la plus rapide pour arriver à l’heure à ton rendez- vous mais que tu disposes seulement de l’indicateur des chemins de fer officiel suisse au format papier – un véritable défi. Heureusement, beaucoup de choses ont changé depuis la publication du premier indicateur en 1905. Désormais, différentes applications t’évitent d’avoir à chercher la meilleure liaison, te vendent directement le billet correspondant et relient les informations concernant les changements de train à des données actuelles comme les retards ou les déviations.

Une meilleure fluidité du trafic grâce aux connexions live

La ville de Zurich souhaite aller plus loin encore et interconnecter en live tous les usagers – transports publics, car sharing, taxi, location de vélos sur ce même site. Même les véhicules privés communiqueront entre eux et avec l’infrastructure des transports afin de contribuer à une meilleure fluidité du trafic. Google Maps permet déjà de s’informer en temps réel sur les embouteillages. Pour cela, Google détecte la position déterminée par GPS des smartphones et, d’après leur nombre et leur localisation, reproduit l’état de la circulation sur la carte géographique.

Des données qui servent à nous orienter

En parlant de carte géographique, ce sont les Big Data qui nous permettent aujourd’hui de trouver si facilement un chemin menant de A à B. Google travaille avec d’innombrables partenaires qui fournissent des coordonnées détaillées permettant de représenter les réalités géographiques de manière précise et actuelle. Street View fournit également des données permettant d’améliorer la carte en lisant les panneaux de signalisation, puis en les comparant à la carte. Les données satellite, quant à elles, sont utilisées pour détecter les modifications géologiques ou structurelles éventuelles. Autre avantage: chacun de nous peut contribuer à rendre la carte plus utile en fournissant des photos ou des évaluations. Des algorithmes, ainsi que des collaborateurs en chair et en os, gèrent, comparent et relient ces ensembles de données multicouches afin d’améliorer les cartes en continu.

Source: Technoscope 1/20: Big Data. Technoscope est le magazine technologique de la SATW pour les jeunes

Évaluation moyenne:
  •  
(0 Évaluations)

Qu'en dis-tu?

Cet article n'a pas encore reçu de commentaires.