A la recherche du meilleur bioplastique

Pauline Boillat a réalisé son travail de maturité sur les bioplastiques au Gymnase français de Bienne. Le but de son travail était de synthétiser des plastiques biodégradables et sans ajout de matière fossile. Son travail a reçu le prix SimplyScience dans le cadre du 49e concours national organisé par «La Science appelle les jeunes».

Plastiques testés en conditions extérieures
Pauline Boillat a testé différents plastiques en plein air pour voir comment ils se dégradent. Ici, les plastiques le premier jour. (Image: Pauline Boillat)
Plastiques arpès exposition aux conditions extérieures pendant deux semaines

Deux semaines plus tard, il ne reste pas grand chose! Certains plastiques ont été mangés par des animaux, d'autres ont été dégradés par les conditions extérieures (Image: Pauline Boillat)

Des plastiques sans pétrole

Le but de mon travail était de fabriquer des plastiques biodégradables et sans ajout de matière fossile, dérivée du pétrole. Les plastiques à partir d’amidon, actuellement présents dans le commerce, contiennent une petite part de matière fossile. J'ai choisi de synthétiser des plastiques avec de l’amidon de maïs, de froment ou de pomme de terre (fécule), ou avec de la farine.

 

 

 

Biopolymère avec amidon de pomme de terre

Une des dernières expériences: un biopolymère à base d'amidon de pomme de terre. Ce polymère a été séché à l'air libre. (Image: Pauline Boillat)

 

J'ai débuté avec un protocole qui a donné des résultats très peu convaincants, les plastiques fissuraient facilement. Par la suite, j'ai amélioré ce protocole en changeant quelques procédés de séchage de mon mélange et en sélectionnant les produits les plus avantageux à utiliser pour la synthèse. J'ai observé que les divers amidons avaient des réactions différentes et que les films à base de farine, grâce à la présence de gluten, étaient plus élastiques.

 

 

 

Biopolymère avec laine

Les fibres de laine renforcent la résistance du bioplastique, mais il reste relativement fragile. (Image: Pauline Boillat)

Amélioration de la recette

Mais les films plastiques obtenus n’étaient pas très résistants. J'ai donc cherché à les améliorer en y rajoutant des matériaux toujours biodégradables, comme des fibres de laine ou du papier en coton. J'ai fait divers tests sur ces plastiques améliorés pour observer leurs propriétés et leurs réactions face à divers phénomènes physiques et chimiques. Par la suite, j'ai comparé ces résultats à un plastique biodégradable à base d’amidon présent dans le commerce et possédant une petite part de matériaux fossiles: les résultats se sont avérés assez différents.

 

 

 

 

Pour en savoir plus sur les expériences de Pauline, regarde le poster qu'elle a présenté au concours national de La Science appelle les jeunes.
Tu peux aussi lire l'article sur les bioplastiques.

 

Texte: Pauline Boillat, 2015. Elle est actuellement étudiante en médecine à l'Université de Lausanne.

Évaluation moyenne:
  •  
(0 Évaluations)

Qu'en dis-tu?

Cet article n'a pas encore reçu de commentaires.