L’intelligence a besoin de sentiments

Toutes les personnes ne sont pas d’avis que la collecte d’un plus grand nombre de données est la manière adéquate de comprendre le cerveau. Paul Verschure, professeur à l’Institute for Bioengineering of Catalunya, au Barcelona Institute of Science and Technology et au Catalan Institute of Advanced Studies, en fait partie.

Ada, l'espace intelligente de l'exposition nationale suisse Expo.02, en 2002. Image: Kynan Eng

Paul Verschure

Verschure est le père d’Ada, l’une des grandes stars de l’exposition nationale suisse Expo.02 qui a eu lieu en 2002. Ada était tout simplement exceptionnelle: cet espace intelligent était capable de voir, de ressentir et d’apprendre à l’aide de capteurs et d’interagir ainsi avec les visiteurs. Ada a été mise au point par une équipe internationale de biologistes, de psychologues, d’informaticiens et de musiciens, dirigée par Verschure qui était à l’époque chercheur à l’Institut de neuroinformatique de l’ETH et de l’université de Zurich. Ensemble, ils se sont efforcés de traduire les fonctions centrales du cerveau dans un réseau neuronal.

Technoscope: En quoi consiste l’intelligence?

Paul Verschure: En fait, nous ne le savons pas avec précision. En toute objectivité, on pourrait dire qu’être intelligent, c’est être capable de résoudre des problèmes. À mes yeux toutefois, être intelligent signifie être empathique et capable de s’adapter au monde qui nous entoure.

Ada, qui jouait parfois avec les visiteurs, était donc intelligente?

Ada était le prototype des futurs systèmes intelligents. En effet, ces derniers ne seront pas aussi rationnels que l’androïde Data dans Star Trek, mais exprimeront aussi des sentiments et des émotions. Ils auront davantage à voir avec la biologie qu’avec l’ingénierie. Dans les milieux spécialisés, on parle de "Living Machines": des machines qui fonctionnent selon les mêmes principes que les êtres vivants.

Mais c’est justement parce qu’elle imite la biologie, par exemple à l’aide du Deep Learning, que l’IA avance à pas de géant?

La révolution actuelle de l’IA est essentiellement entre les mains des grandes entreprises technologiques. Ces dernières s’inspirent certes de la biologie, mais cela ne suffit pas. Ce n’est pas un hasard si l’intelligence artificielle que nous connaissons aujourd’hui n’est pas encore très intelligente. Dans bon nombre de cas, on ferait mieux de parler de stupidité artificielle.

Quelle est donc la solution?

Pour mieux comprendre comment fonctionne le cerveau, nous devons confronter nos théories à la réalité. Par exemple en construisant une Living Machine et en regardant si elle interagit véritablement avec le monde comme le prévoit notre théorie.

Informations et vidéo sur l’Ada Intelligent Space.

Source: Technoscope 3/20: L'intelligence artificielle au quotidien. Technoscope est le magazine technologique de SATW pour les jeunes.

Évaluation moyenne:
  •  
(0 Évaluations)

Qu'en dis-tu?

Cet article n'a pas encore reçu de commentaires.