Platine (Pt)

Le platine est peut-être le métal le plus prestigieux de tous. Il dépasse même l’or en célébrité. Les noces d’or sont de 50 ans. Celles de platine sont de 60 ans. L’or passe pour éternel, mais il est attaqué par les acides puissants. Le platine résiste mieux que tout autre aux acides aux températures élevées.

Platine

Le platine est réputé pour être inaltérable et est donc utilisé dans de nombreux domaines. (Image:Wikimedia Commons/Periodictabler)

Le plus beau de tous

C’est un beau métal blanc argenté, ductile, assez mou, très lourd (densité de 21.44 g/ cm3) et qui fond à très haute température, dès 1773°C. Son nom vient d’un terme espagnol signifiant «argent», car il ressemble étrangement à l’argent. Il a été découvert en Amérique du Sud par Ulloa en 1737.

Un métal très cher mais indispensable

Le platine est si important en chimie que même si son coût peut paraître exorbitant, on fabrique et on vend des bols, des creusets et des électrodes en platine. Les électrodes de référence redox sont toujours en platine, et sont inaltérables. Les roches les plus difficiles à analyser sont désintégrées dans des creusets en platine en les fondant à chaud avec de la soude ou d’autres agents.

Les applications industrielles du platine sont très nombreuses. La plus connue est sans doute son emploi comme catalyseur dans les pots catalytiques installés sur les tuyaux d’échappement des voitures. Lorsque les gaz mal brûlés sortent du moteur et traversent des canaux de céramique revêtus de platine, ils sont totalement oxydés en gaz carbonique et eau, ce qui minimise le risque de pollution.

Ses propriétés catalytiques permettent aussi la fabrication de l’acide sulfurique par oxydation de l’anhydride sulfureux, ou de l’acide nitrique par oxydation de l’ammoniaque.

En électrolyse, la seule électrode inoxydable à froid est et reste celle de platine.

Le platine s’extrait de graviers et de sables où on le trouve à l’état natif, donc non combiné. On le trouve parfois en pépites pouvant peser plusieurs kilogrammes. Il se trouve souvent en présence de petites proportions d’autres métaux dits «de la mine du platine», comme le rhodium, l’iridium, l’osmium, le palladium et le rhénium. 75% des réserves de platine se trouvent en Afrique du Sud.

Kilogramme étalon

K4, l'un des deux étalons nationaux de platine des États-Unis, protégé par deux cloches. Il permet de définir de façon universelle le kilogramme. (Image:Chetvorno/Wikimedia commoms)

Le platine, une référence !

Le platine a servi et sert toujours à définir les unités de mesure. Le kilogramme étalon est un cylindre de platine contenant 10% d’iridium, réalisé en 1889, et conservé au Bureau International des poids et mesures, à Sèvres près de Paris. Le même Bureau conserve aussi le mètre étalon, réalisé aussi en platine iridié, et qui a servi très longtemps de référence de longueur. Aujourd’hui, il a été remplacé par une référence 100’000 fois plus précise, basée sur la mesure de la longueur d’onde de la lumière.

En chimie descriptive, les fils de platine sont utilisés pour identifier les éléments par la couleur de leur flamme, vu qu’ils résistent à la flamme sans s’altérer.

Le platine se dissout dans l’eau régale bouillante (mélange d’acide chlorhydrique et nitrique). Il se forme un acide chloroplatinique, qui a la propriété singulière et unique de former un précipité en présence de sels de potassium.

Le composé dit cis-platine PtCl2(NH3)2 est utilisé dans le traitement du cancer.


Texte: Maurice Cosandey et Rédaction SimplyScience.ch

Évaluation moyenne:
  •  
(0 Évaluations)

Qu'en dis-tu?

Cet article n'a pas encore reçu de commentaires.