Chauves-souris, un monde à l’envers

Les chauves-souris! Certaines légendes les disent effrayantes voire malveillantes. Préjugés ou vérité? La Salamandre Junior en a interviewé quelques une. Des témoignages renversants‚ des déclarations chocs… pour changer d’avis à leur sujet.

Murin de Bechstein, une chauve-souris que l'on trouve en Suisse

Moi, murin, avec mes ailes larges et courtes, je suis une chauve-souris plutôt lente mais très habile: je peux me faufiler dans les buissons, les conduits de cheminée, remonter en chandelle dans les clochers… (Image: Un murin de Bechstein, Dietmar Nill/Wikimedia Commons, licence CC BY-SA 2.5)

Chauves-souris‚ êtes-vous des souris qui volent?

Les chauves-souris ne sont pas des souris avec des ailes, même si elles ont des poils comme les souris.
(Image: Murin de Brandt, Manuel Ruedi, Muséum d'histoire naturelle de Genève/Wikimedia commons, licence CC BY 3.0)

Non, nous ne sommes pas des rongeurs! Nous sommes des chiroptères, les seuls mammifères à savoir voler. Et on ne peut pas nous confondre avec les oiseaux puisque nous avons des poils et des dents!

Le mot «chauve» vient peut-être du fait que nos ailes sont nues. Elles sont faites d’une membrane souple tendue entre nos doigts: le patagium. On peut le tendre et le relâcher pour freiner, accélérer, plonger, pirouetter, faire du vol sur place… Comme nous guidons ces ailes avec nos mains, nous sommes encore plus agiles que les oiseaux.

C’est bien utile d’avoir des ailes quand on se déplace autant que nous. On a besoin d’un gîte d’hibernation en hiver, assez frais et humide pour dormir tranquilles, sans nous dessécher. En été, nos femelles cherchent plutôt un refuge chaud et plus sec pour mettre bas et élever leur unique petit. A la mi- saison, nous fréquentons différents dortoirs à l'abri des prédateurs.

C’est vrai que vous êtes des vampires?

Cette chauve-souris ressemble à Dracula mais ne mange que des insectes ou des araignées.

Enveloppé dans mes ailes, je ressemble à Dracula dans son manteau… mais je ne mange que des papillons de nuit et des moustiques. Parfois une araignée… Seules trois de mes cousines d’Amérique du Sud et d’Amérique centrale portent le nom de «vampire». La nuit, elles percent la peau des chevaux ou des vaches et prélèvent quelques gouttes de sang. Un peu comme de très gros moustiques! (Image: Grand rhinolophe, Marie Jullion/Wikimedia commons, licence CC BY-SA 3.0)

En Europe, nous sommes toutes insectivores. Nous chassons la nuit, ce qui nous évite d'être en compétition avec les oiseaux. Du coup, nous dormons la journée. Et suspendues en l’air, loin du sol, la tête en bas, histoire de ne pas nous faire manger pendant notre sommeil! Pas facile de venir nous attraper là-haut! Certaines cousines de petite taille peuvent aussi se cacher dans une fissure de mur ou derrière un volet. Pas par peur de la lumière, mais pour éviter les prédateurs.

Quand il n’y a pas assez d’insectes à manger, nous entrons en léthargie: nous baissons notre température et vivons au ralenti pendant quelques jours pour économiser notre énergie. Et l’hiver, puisque les insectes se font rares, nous hibernons. Comme les ours et les marmottes, nous mangeons donc le plus possible à l’automne pour faire des réserves de graisse. Nous restons endormies pendant des mois et n’aimons pas être réveillées car cela nous fait dépenser 30 jours de réserves en une seule journée. Gare à l’épuisement!

 

 

Il paraît que toutes les chauves-souris sont aveugles…

L'oreillard gris est une chauve-souris avec de grandes oreilles

Certaines chauves-souris comme cet oreillard gris ont de grandes oreilles. (Image: Jasja Dekker/Wikimedia Commons, licence CC BY-SA 2.0)

C’est faux! Non seulement nos yeux fonctionnent très bien, mais en plus nous avons développé un super-système pour «voir» dans le noir: l’écholocation. Nous émettons des petits cris très aigus avec la bouche ou  le nez. En écoutant très attentivement l’écho de ces ultrasons, on évalue précisément la distance, la taille et la forme de tout ce qui nous entoure. L’écho revient vite? L’obstacle ou la proie est près! Il revient plus lentement? Ils sont plus éloignés. L’écholocation nous permet d’éviter tous les obstacles dans l’obscurité la plus totale et d’attraper des milliers d’insectes en une nuit!

Si l’une d’entre nous rentre dans une maison la nuit, c’est à la poursuite d’un insecte ou pour trouver un gîte provisoire, car il faut bien se reposer de temps en temps… Grâce à l’écholocation, nous ne risquons pas de nous entortiller dans vos rideaux ou vos cheveux! Si vous n’allumez pas la lumière, nous repartirons tranquillement par où nous sommes venues!

 

 

 

On dit que vous pullulez et que vous êtes sales…

La pipistrelle commune est une chauve-souris de taille modeste

La pipistrelle commune est si petite qu’elle peut tenir dans le creux de la main.
Si tu trouves une chauve-souris, sache qu’il est interdit de la toucher car c’est une espèce protégée. Contacte une association de protection près de chez toi qui pourra intervenir. (Image: Leonardoancillotto86/Wikimedia Commons, licence CC BY 3.0)

Non! Contrairement aux rongeurs qui peuvent avoir plus de 20 petits par an, nous donnons naissance à 1 seul bébé en début d’été! Et nous en prenons grand soin: allaitement, toilette, leçons de chasse... Pendant ce temps, les mâles vivent en solitaires ou en petits groupes.

Puis l’automne, c’est notre saison des amours! Nous pouvons alors nous retrouver très nombreuses dans nos gîtes: à l’entrée d’une grotte, d’un tunnel souterrain, sur une falaise, le clocher d’une église...

Nous ne souillons pas nos lieux de gîtes. Aucun grignotage de poutres ou de fils électriques, comme le font les rats ou les fouines! Seules traces de notre passage après l’hibernation: nos crottes appelées guano. Sèches, elles ne pourrissent pas. Elles sont faites de débris d’insectes et c’est un super-engrais pour le jardin!

On dit aussi que vous transmettez des maladies…

Comme le chien, le chat et autres mammifères, nous pouvons attraper la rage et la transmettre à l’homme par morsure. Mais il est extrêmement peu probable qu’on morde un humain, sauf peut-être s’il nous capture… C’est la raison pour laquelle les biologistes portent toujours des gants quand ils nous manipulent.

Et dans cet article, il y a encore d'autres faits à découvrir sur les incroyables chauves-souris!

C'est ainsi que s'achève le reportage de La Salamandre Junior... Ni maléfiques, ni nuisibles, les chauves-souris sont parfaitement inoffensives. Elles peuvent donc cohabiter avec l’homme auquel elles rendent déjà de nombreux services.

 

Texte: article paru dans La Salamandre Junior, n°102, octobre-novembre 2015

Évaluation moyenne:
  •  
(0 Évaluations)

Qu'en dis-tu?

Cet article n'a pas encore reçu de commentaires.