Rivières et fleuves

Les rivières et les fleuves ont façonné les paysages et ont été vitaux pour le développement des sociétés humaines. Voici une sélection de cours d'eau particuliers.
Yarlung Tsangpo: le plus haut
Le Yarlung Tsangpo au Tibet est le fleuve le plus haut du monde (4500 à 3000 mètres d’altitude). Quand il arrive en Inde, il prend le nom de Brahmapoutre. (Image: Ljuba brank/Wikimedia commons, licence de documentation libre GNU)
Neretva: un des plus froids
La Neretva est un des fleuves les plus froids du monde, avec une température moyenne de 7 à 8°C dans sa partie supérieure en été. Il coule en Bosnie-Herzégovine et en Croatie. (Image: bloodua/CanStockPhoto)
Fleuve Congo: le plus profond
Avec une profondeur dépassant 220 mètres par endroits, le fleuve Congo serait le plus profond du monde. Certaines parties sont animées de dangereux tourbillons. Sur cette image, il est calme et possède une belle couleur chocolat. (Image: Kovtunenko/CanStockPhoto)
Amazone: le plus long
Le pont (environ 3.6 km de long) qui relie Manaus à Iranduba sur le Rio negro, un affluent de l’Amazone. D’après les mesures satellites, l’Amazone est le plus long fleuve du monde, avec 6992 km. (Image: Saaaaa/CanStockPhoto)
Nil: berceau de civilisation
Le Nil en Egypte, avec le temple de Philae. Les civilisations se sont souvent développées près des fleuves, à la fois sources de vie et voies commerciales. (Image: prill/CanStockPhoto)
L'Aar: la plus suisse
L’Aar en ville de Berne. D’une longueur totale de 288 kilomètres, cette rivière possède le bassin versant le plus vaste de Suisse. Elle se jette dans le Rhin. (Image: polarbearstudio/CanStockPhoto)
Tonle Sap: la plus «indécise» des rivières
Un pêcheur sur la rivière Tonle Sap au Cambodge. L’écoulement de cette rivière change de sens selon la saison, c’est un phénomène naturel très rare. Elle coule soit du lac du même nom vers le fleuve Mékong pendant la saison sèche, soit du fleuve vers le lac quand le fleuve est en crue. (Image: Anandajoti/Wikimedia commons, licence CC BY 2.0)
Oued Abiod: une rivière avec ou sans eau
« Balcons de Ghoufi » traversés par l'Oued Abiod, dans les Aurès en Algérie. Souvent à sec, les oueds grossissent de façon spectaculaire en cas de fortes pluies, charriant de grandes quantités de boue. (Image: PhR610/Wikimedia commons, licence CC BY 2.0)
Chari: un fleuve qui ne va pas à la mer
Le Chari est un fleuve d’Afrique centrale qui coule en République centrafricaine et au Tchad. Il se jette dans le lac Tchad. (Image: Rebecca Musarra/Wikimedia commons, licence CC BY-SA 2.5)
Amou-Daria: vers une mer intérieure
L’Amou-Daria est un fleuve d’Asie centrale qui se jette dans la Mer d’Aral. Une grande partie de son eau est pompée pour l’agriculture. Ceci a fait baisser le niveau du fleuve et de la mer, qui devient de plus en plus salée. (Image: Peretz Partenski/Wikimedia commons, licence CC BY-SA 2.0)
Boteti: une rivière qui se fait rare
Normalement, le delta intérieur (qui ne débouche pas dans une mer) de l’Okavango au Botswana abreuve la rivière Boteti (sur l’image par satellite). Depuis la fin des années 90, le lit de la rivière Boteti reste sec quand il ne pleut pas assez. (Image: NASA’s Earth Observatory, domaine public)
Arda: une rivière sinueuse
Méandres de la rivière Arda en Bulgarie. Les méandres (grandes boucles) se forment naturellement dans les rivières ou les fleuves quand le courant est assez fort pour creuser une des berges. Les sédiments se déposent sur l’autre berge. (Image: Evgeni Dinev/Wikimedia commons, licence CC BY 2.0)
Nowitna: un tracé qui change avec le temps
Méandres de la rivière Nowitna en Alaska. Sur cette image, on voit aussi les anciens méandres qui ne reçoivent plus d’eau de la rivière. On les appelle des bras morts. (Image: Oliver Kurmis/Wikimedia commons, licence CC BY-SA 2.0 DE)
Le tigre: un fleuve difficile à dompter
Un méandre du Tigre. Les crues de ce fleuve ont causé de fréquentes inondations et destructions en Mésopotamie. Déjà au 3e millénaire avant J.-C., les civilisations ont commencé à construire des digues et des canaux de déviation pour l’irrigation des cultures. Cela a continué jusqu’à aujourd’hui. (Image: Dûrzan cîrano/Wikimedia commons, licence CC BY-SA 3.0)
Le mascaret: une vague qui remonte le fleuve
Mascaret filmé dans la baie de Hangzhou en Chine. Le mascaret est une vague naturelle remontant dans le sens inverse du fleuve, provoqué par les grandes marées. Clique sur le lien pour voir la vidéo. (Vidéo: Thomas Lombard/Wikimedia commons,licence CC BY-SA 3.0)