Champignons vénéneux

Voici une sélection de champignons vénéneux. On peut les admirer en promenade mais il vaut mieux ne pas les manger!
Aigle de la mort
L'amanite vireuse, également appelée aigle de la mort, contient de l'amatoxine, un poison mortel. En cas d'empoisonnement, et après une apparente guérison, les reins et le foie sont irrémédiablement endommagés. Les jeunes champignons avec un chapeau encore à moitié fermé peuvent spécialement être confondus avec des champignons de Paris. On le rencontre rarement en plaine, mais il est répandu dans les régions montagneuses et dans le Nord de l'Europe. (Image: Julien Thurion/Wikimedia Commons, licence CC)
Paxille enroulé
Considéré auparavant comme comestible, ce champignon s'est avéré toxique depuis. Dans le corps humain, il peut provoquer une réaction avec les anticorps présents dans le sang, endommageant au final les globules rouges. En outre, ce champignon contient de l'hémolysine et de l'hémagglutinine, qui à leur tour attaquent les globules rouges. Ces réactions apparaissent au cas par cas, et peuvent même ne pas apparaître après consommation. C'est pour cette raison que le paxille enroulé n'était pas considéré comme un champignon vénéneux auparavant. (Image: Strobilomyces/Wikimedia Commons, licence CC)
Amanite tue-mouches
Le champignon vénéneux le plus célèbre et le plus tape-à-l'œil n'est pas l'un des plus toxiques, mais pas non plus inoffensif! Il y a très peu de cas de décès. L'acide iboténique contenu dans l'amanite tue-mouches est transformé par le métabolisme en une substance encore plus toxique, le muscimole. A partir d'une ingestion de 6 mg (cette quantité peut se trouver dans un seul champignon), le muscimole peut entraîner des hallucinations, des délires, des contractions musculaires et de la somnolence. En plus grandes quantités, cela peut entraîner la mort. Une consommation répétée est très dommageable pour le cerveau. (Image: Onderwijsgek/Wikimedia Commons, licence CC)
Amanite panthère
L'amanite panthère est de la même famille que l'amanite tue-mouches et l'aigle de la mort. Son effet sur les humains est similaire à l'amanite tue-mouches, puisqu'il contient également de l'acide iboténique et de la muscimole. (Image: Strobilomyces/Wikimedia Commons, licence CC)
Russule émétique
Plusieurs substances toxiques contenues dans ce champignon entraînent des maux de ventre, des cas de gastro-entérite, et en cas de consommation importante, des contractions et le coma. La russule émétique est très répandue partout dans le monde. Toutes les russules ne sont pas vénéneuses, ce qui fait qu'on peut la confondre avec certains types de russules comestibles. (Image: Piotr J/Wikimedia Commons, licence CC)
Calice de la mort
Le calice de la mort est responsable d'environ 90 % des morts par empoisonnements dus à des champignons. Sa toxicité est due aux peptides (des petites protéines) appelées amatoxines et phallotoxines. La dose mortelle d'amatoxine est de seulement 0,007 grammes, donc un seul champignon suffit pour donner la mort. Si les premiers symptômes apparaissent au bout de quelques heures, il est souvent déjà trop tard. Le foie est tellement endommagé que la seule possibilité de secours est une transplantation. Autrement, une défaillance du foie peut donner la mort, souvent dix jours après la consommation du champignon. (Image: Archenzo/Wikimedia Commons, licence CC)
Inocybe de Patouillard
L'inocybe de Patouillard est un dangereux champignon vénéneux, avec un fort taux de muscarine, une substance toxique alcaloïde (environ 0.037%). Une dose de 40 grammes de champignon peut déjà être mortelle. La muscarine entraîne des accès de transpiration, de la diarrhée, des vomissements, ainsi que des collapsus circulatoires. La mort peut survenir suite à une paralysie du cœur, puisque la muscarine peut conduire à une affection des muscles du cœur. Les jeunes inocybes de Patouillard peuvent facilement être confondus avec des champignons de Paris. (Image: Andreas Kunze/Wikimedia Commons, licence CC)
Scléroderme vulgaire
La consommation d'une grande quantité de scléroderme vulgaire conduit à des évanouissements. Les substances toxiques ne sont pas connues. Un empoisonnement peut, comme dans la plupart des cas d'empoisonnements par des champignons, être atténué par la prise immédiate de charbon actif. (Image: Eric Steinert/Wikimedia Commons, licence CC)
Ramaire jolie
Les coraux ne vivent pas seulement dans la mer, il existe également des coraux-champignons. La consommation de ce corail-champignon entraîne des indigestions, mais la ramaire jolie n'est toutefois pas mortelle. La substance toxique n'a jusqu'à présent pas été identifiée. (Image: Ernie/Wikimedia Commons)
Gyromytre
La substance gyromitrine rend le gyromitre très toxique: elle entraîne des maux de tête et des étourdissements. En grande quantité, présente parfois déjà dans un seul champignon, cette substance peut causer un disfonctionnement du foie et même résulter en la mort. De plus, la gyromitrine est cancérigène même en petite quantité. Lorsqu’il est cuisiné, ce champignon est moins toxique. Dans certaines régions, ce champignon est même considéré comme comestible. Cru, le gyromitre est tout de même l’un des champignons les plus toxiques. (Image: Severine Meissner/Wikimedia Commons, licence CC)
Bolet satan
Le bolet satan est vénéneux mais n’est pas mortel. Son odeur est désagréable et il est toxique même en petite quantité. Il déclenche rapidement des diarrhées et des vomissements. (Image: Archenzo/Wikimedia Commons, licence CC)
Entolome livide
L’entolome livide peut être confondu avec plusieurs de champignons comestibles comme par exemple le tricholome de la Saint-Georges ou le meunier. Un empoisonnement se caractérise par des douleurs au ventre, la soif, des vomissements et une faiblesse généralisée. Les symptômes sont déclenchés par différentes substances, dont certaines probablement inconnues, et peuvent durer jusqu’à deux jours. Cela peut aussi mener au décès. (Image: Archenzo/Wikimedia Commons, licence CC)
Cortinaire roux
Le cortinaire roux contient de l’orellanine, un poison pour les reins, et est l’un des champignons les plus vénéneux d’Europe centrale. En plus de douleurs aux reins, d’une diminution de production d’urine et de douleurs à la tête, l’ingestion d’orellanine entraîne une insuffisance rénale car il entrave la synthèse de protéines, d’ADN et d’ARN. (Image: Eric Steinert/Wikimedia Commons, licence CC)
Coprin noir d’encre
Le coprin noir d’encre est comestible à l’état jeune mais est toxique en combinaison avec de l’alcool. La coprine, une mycotoxine, bloque la dégradation de l’alcool, ce qui mène à une accumulation d’acétaldéhyde dans le corps et entraîne des sueurs nocturnes et une coloration violette de la peau. Sans alcool, la coprine, que l’on trouve aussi dans d’autres champignons, n’est pas néfaste. (Image: Strobilomyces/Wikimedia Commons, licence CC)
Clitocybe en touffe
Le clitocybe en touffe (ou lyophylle conné) est parfois décrit comme comestible. Certains de ses composants, comme la connatine, sont pourtant mutagènes car ils peuvent entraver la synthèse de l’ADN. (Image: Ernie/Wikimedia Commons)